L’humidité et son cortège de conséquences sont un des facteurs les plus courants et les plus gênants en matière de gestion d’immeubles öffentliche ordner herunterladen.

La recherche de l’origine des dégâts et les moyens d’y remédier peuvent donner lieu à de longues investigations.  Il convient cependant de trouver le plus rapidement possible leurs origines et de déterminer les remèdes les plus efficaces à court et long terme fotos von icloud herunterladen auf pc.

Les dégâts des eaux sont de trois origines distinctes : descendante, montante ou horizontale.

Descendante pour 40% des sinistres, à la suite de défauts de toiture ou de terrasse, d’accidents ménagers ou de défauts d’entretien 4 bilder ein wort herunterladen.

Montante pour 20 %, causée par un refoulement, une inondation, de l’humidité ascensionnelle.

Horizontale pour 40 %, due à la défectuosité de joints, la porosité d’une façade, la condensation, la corrosion herunterladen.

Généralités

Le traitement administratif est normalement pris en charge par le courtier d’assurances de la copropriété!  Dans les faits, on constate toutefois que c’est bien souvent le syndic qui s’en charge downloaden youtube link.
Par ailleurs, en raison du nombre important de dossiers « dégât des eaux » gérés par les compagnies d’assurances, il est prudent de prévoir des délais de trois à six mois avant que le sinistre ne soit clôturé.

Priorités

  1. Avertir le syndic qui met à la disposition de la co-propriété un collaborateur expérimenté pour prendre les premières dispositions et stopper la fuite.
  2. Déterminer l’origine du sinistre, la responsabilité soit privative, soit commune et les interventions de chacune des parties, propriétaire responsable, propriétaire sinistré, copropriété.

La cause est privative et les dégâts sont privatifs :

Normalement le syndic n’intervient pas.
Il communique au propriétaire victime les coordonnées du propriétaire responsable et prie ce dernier de procéder aux réparations nécessaires dans les meilleurs délais et de lui faire parvenir copie de la facture.
Exception : le chauffage est en cause même par suite de cause privative.  Le syndic fait intervenir le chauffagiste de l’immeuble pour détecter l’origine de la fuite et prendre les mesures conservatoires indispensables, par exemple isoler un tuyau corrodé et fuyant.  Il établit un devis pour les réparations à l’intention du propriétaire « responsable ».

ATTENTION : Les frais de recherche et d’ouverture sont généralement couverts et donc pris en charge par l’assurance, pas les frais de réparation de la tuyauterie.

La cause est privative et les dégâts sont dans les parties communes :

Par exemple, une fuite dans un appartement du rez-de-chaussée sous l’évier de la cuisine.  L’eau s’introduit dans le local de chauffage qui se trouve au sous-sol.

Le propriétaire de l’appartement du rez-de-chaussée fait procéder aux réparations par son plombier et le syndic demandera un devis pour la réparation des dégâts au local de chauffage.

La cause est commune :

Le syndic doit prendre en charge les interventions techniques, tant pour stopper l’évolution des dégâts que pour procéder aux réparations.

Le syndic traitera le dossier des réparations communes.  En cas de dégâts dans les parties privatives, chaque propriétaire demandera un devis de réparation.

La cause est douteuse :

Le syndic intervient pour déterminer son origine et la responsabilité, soit privative, soit commune.

Comme dans les cas précédents, le syndic traitera la réparation des parties communes et chaque propriétaire fera établir un devis pour les réparations dans les parties privatives.