Situation à Bruxelles

Il apparaît qu’il n’existe à Bruxelles aucune réglementation précise concernant les immeubles de logements multiples, donc pas d’application aveugle et pas de disparité entre les communes figma herunterladen.

Raser l’ensemble des immeubles construits avant la date d’entrée en vigueur de la législation actuelle est tout aussi impensable que de ne prendre aucune disposition dans des situations potentiellement dangereuses download.

Il est dont nécessaire qu’un minimum de mesures de prévention des incendies soient appliquées aux parties communes des immeubles, mesures modulées en fonction de la faisabilité dans chaque immeuble Download photos from kamera.

On en dénombre 6 qui ont pour but :
– d’éviter la naissance d’un incendie,
– d’éviter son développement,
– d’éviter sa propagation vers d’autres parties de l’immeuble,
– de faciliter l’évacuation du bâtiment,
– d’équiper le bâtiment de moyens de lutte contre l’incendie,
– de faciliter l’intervention des services de secours briefvorlage kostenlos herunterladen.

  1. Eviter la naissance d’un incendie
    1. Contrôle des installations électriques
      Par un organisme agréé par le SPF économie, PME, Classes moyennes et énergie (AIB – Vinçotte, SGS, BTV, etc)
      Les remarques et/ou infractions constatés devront trouver une solution au plus vite blitzer garmin herunterladen.
    2. Contrôle des installation de gaz
      Par un organisme agréé par le SPF économie, PME, Classes moyennes et énergie (AIB – Vinçotte, SGS, BTV, etc) ou par un installateur, pour autant qu’il soit certifié.
    3. Entretien des installations de chauffage
      Par un technicien chaudière ou un chauffagiste agréé par l’I.B.G.E. (Institut Bruxellois pour la Gestion de l’Environnement)
    4. Contrôle des ascenseurs qui peuvent également être à l’origine d’un incendie.
  2. Eviter le développement d’un incendie
    1. Eviter les matériaux trop facilement inflammables dans les communs (couloirs, paliers, cages d’escalier), par exemple l’utilisation de matières plastiques pour le recouvrement de plafonds (PVC, polystyrène)
    2. Attirer l’attention des occupants de l’immeuble sur l’impérative nécessité de dégager les lieux de passage dans les sous-sols, garages, couloirs et dégagements.
      Attirer l’attention des occupants sur l’importance de disposer de caves rangées, sans produits trop inflammables. Mesures gratuites qui ne demandent que discipline et huile de bras.
  3. Eviter la propagation d’un incendie dans tout ou partie d’un immeuble
    La méthode la plus efficace est de compartimenter l’immeuble; Il est plus facile de lutter contre un incendie limité à un compartiment que contre un feu généralisé à tout l’immeuble.  Les occupants de l’immeuble qui ne sont pas concernés par l’incendie restent protégés plus longtemps et les opérations de sauvetage sont facilitées.On portera une attention toute particulière à la cage d’escalier :
    – voie d’évacuation,
    – voie de propagation du feu,
    – voie d’accès aux étages pour les pompiers.

    Compartimenter les locaux dits « à risques » est capital dans la mesure où ils présentent potentiellement un risque de départ de feu (chaufferies, locaux de stockage des poubelles, garages…) ou une charge calorifique importante et il est indispensable d’éviter que le foyer initial ne s’y propage (stockage de mazout, compteurs à gaz, caves privatives, etc.).

  4. Faciliter l’évacuation de l’immeuble
    En cas d’incendie, évacuer l’immeuble est la priorité et, pour ce faire, il faut que les voies d’évacuation soient libres de fumée, de chaleur et de gaz de combustion toxiques. C’est là que le compartimentage de l’immeuble prouve son efficacité.Pour faciliter l’évacuation, il faut également pouvoir disposer d’un éclairage de secours si le courant est coupé.

    Il faudra baliser les parties communes de pictogrammes adéquats qui permettront aux occupants, en situation de panique, de se situer dans un immeuble de plus de trois étages, de connaître le niveau où ils se situent et de trouver les issues salvatrices.

  5. Les moyens de lutter contre l’incendie
    – un extincteur à chaque niveau dans la cage d’escalier, ou mieux sur chaque palier commun,
    – dans les garages, un extincteur à poudre de 6 kgs pr 150 m2,
    – dans la chaufferie à mazout, un extincteur à poudre (pas d’extincteur automatique sur une chaudière à gaz. Ne JAMAIS éteindre une fuite de gaz enflammée,
    – un réseau de dévidoirs d’incendie en fonction du nombre de niveaux et/ou de logements par niveau,
    – au-delà d’une certaine hauteur, il est nécessaire de prévoir une prise d’eau pour les pompiers, en plus des dévidoirs.
  6. Faciliter l’intervention des services de secours pour éviter de perdre du temps et maintenir l’efficacité de leur action grâce à quelques mesures telles que :
    – le compartimentage de la cage d’escalier pour faciliter la progression des secours,
    – la numérotation des niveaux pour préciser l’endroit,
    – le placement, en sous-sol, de pictogrammes pour permettre l’orientation aisée,
    – l’indication des locaux « dangereux » : chaufferies, local des compteurs à gaz, locaux techniques, identification des dispositifs de coupure de gaz et d’électricité,
    – le placement d’une colonne d’eau sous pression, équipée à chaque niveau d’un raccord pour les tuyaux d’incendie, facilité la progression dans les étages et évite une perte de temps dangereuse.

Quelques mesures simples et de bon sens peuvent grandement faciliter d’accès des secours, notamment réglementer le parking au pied des immeubles pour permettre l’accès immédiat des véhicules de secours et le placement optimal de la grande échelle, engin indispensable au cas où la cage d’escaliers est inutilisable.

L’installation d’évacuation de fumée et de chaleur, si elle est techniquement possible, est un équipement placé au sommet de la cage d’escalier, constitué d’une ouverture, généralement une coupole, dont le boitier de commande se trouve au rez-de-chaussée et dont la manipulation est réalisée par les pompiers pour autant que les conditions soient réunies, par exemple disposer des moyens d’extinction au plus près du foyer.